Skip to main content

Le concept de la levée de fonds est devenu familier pour les startups. Mais qu’est-ce qu’il y a vraiment derrière ce phénomène ? Que doivent connaître ces jeunes entreprises novatrices avec ce concept ?

Les finalités d’une levée de fonds

Les enjeux financiers d’une levée de fonds sont capitaux pour une entreprise. D’abord, avoir cet apport permet d’assurer un démarrage réussi du projet. De plus, la somme collectée permet d’assurer une bonne santé financière pour les startups. Il faut insister sur l’importance de la levée de fonds dans le financement en ressources humaines. Le recrutement exige de mobiliser des fonds, aussi bien pour les internes que pour les travailleurs indépendants externe. Par conséquent, même une startup ne peut plus maintenant échapper à une gestion optimum de ses frais généraux, ce qui comprend ses locaux.

 

Un processus complexe, mais garant du développement d’une entreprise

La levée de fond amène la startup à solliciter des investisseurs intérieurs pour obtenir des financements pour un projet. Celui-ci peut concerner le démarrage, la phase de croissance ou l’internalisation de son activité. Cette collecte de fonds apparaît donc plus complexe qu’il n’y parait. Son déroulement repose sur la capacité de l’entrepreneur à convaincre ceux qui vont apporter les fonds. Il doit réfléchir sur la finalité du besoin de financement puisque celui-ci peut couvrir plusieurs aspects. Généralement, les jeunes entreprises technologiques se tournent vers la collecte pour la modernisation des équipements.

 

Gestion de l’espace : un créneau à exploiter pour les startups

Aujourd’hui, les startups qui font dans la gestion de l’espace se multiplient aussi. Elles sont nombreuses à privilégier la levée du fond pour financer la création d’un espace de coworking. Ce lieu de travail est de plus en plus convoité par les personnes qui travaillent en freelance. Il répond à cet engouement ressenti auprès de nombreuses entreprises pour le télétravail depuis quelques années(*). Même si le phénomène est à la traine en France, certains dirigeants semblent enclins à repenser la façon de travailler. Partant d’un constat positif sur le travail à distance, la plupart se sont ensuite déclarés favorables pour le travail à distance. Pour le contrat de location, il faut savoir que le bail pour les bureaux à partager partage le même principe avec la colocation de bail commercial.

*Source : https://www.cadreo.com/actualites/dt-72-des-cadres-et-dirigeants-favorables-au-teletravail

Suivez-nous sur
les réseaux sociaux :

Ludovic Célérier

Ludovic Célérier

Fondateur de Hiptown